Rechercher
  • Kdix

Vite, un anti-mites contre le mitage du territoire !

Mis à jour : 22 janv. 2019


Tous les 10 ans, un département français disparaît sous le béton... Chaque jour, l'équivalent de huit terrains de foot sont bétonnés en Suisse... Horreur ! Vite une loi ! Changeons la constitution !


Les Français ne peuvent pas (encore) voter, mais les Suisses le peuvent, et environ la moitié d'entre eux (le taux de participation aux votations populaires se situe habituellement entre 45% et 50%) vont mettre leur bulletin dans l'urne le 10 février prochain, pour décider de la question suivante :


Acceptez-vous l’initiative populaire « Stopper le mitage – pour un développement durable du milieu bâti (initiative contre le mitage) » ?


De quoi parle-t-on exactement ? Comme dans tout débat, il est bon de placer la question dans son contexte. D'après l'Office Fédéral de la Statistique, le sol en Suisse en 2009 était occupé à 36% par l'agriculture, à 31% par les bois et forêts, à 25.5% par les montagnes, lacs, marais et friches, et à 7.5% par l'habitat, l'industrie et les transports.


Vingt-quatre ans auparavant, ces 7.5% étaient 6%. Voilà le fond du sujet. Les journaux titrent "l'artificialisation des sols a augmenté d'un quart en 25 ans". L'arithmétique est correcte : 1.5% de plus représente bien un quart de 6%. Ce qui fait environ 1% par an.


Mais tous ces sols sont-ils artificialisés ? Loin de là. Environ 40% de ces surfaces sont en fait des surfaces vertes, non imperméabilisées. Jardins particuliers, parcs, bordures de routes, terrains de golf... Tous ces terrains contribuent à la biodiversité. Que l'on pense seulement aux hérissons de nos haies ! Les terrains imperméabilisés représentent donc environ 60% de 7.5%, soit 4.5%. Cela veut dire que sur 22 mètres carrés de terrain, 1,7 mètre carré est consacré aux villes, villages, bureaux, industries et routes, dont 1 mètre carré bétonné.


L'initiative "stop au mitage du territoire", comme on l'appelle communément, a été lancée par les Verts, et a recueilli les 100'000 signatures requises (113'000 en tout) en octobre 2016. Après étude et avis du conseil fédéral puis du parlement, qui disposaient chacun de 12 à 18 mois, l'initiative est donc tout naturellement arrivée dans les boîtes aux lettres de tous les citoyens suisses, pour être tranchée le 10 février.


Au-delà des manchettes alarmantes des journaux, l'expansion des surfaces bétonnées reste néanmoins un problème, sous peine de voir se réduire dans quelques générations les surfaces consacrées à l'agriculture et à la forêt, nécessaires à l'alimentation et à la biodiversité. Les Suisses, en peuple bien organisé, ont déjà pris le problème à bras le corps à travers diverses lois, dont la révision de la Loi d'Aménagement du Territoire (LAT) adoptée par votation populaire en 2013 avec 63% des voix. Cette loi contraint les cantons à utiliser les zones à bâtir et les friches industrielles existantes plutôt que d'en créer de nouvelle zones à bâtir. Alors pourquoi une nouvelle votation?


Les initiants veulent aller plus fort, non à travers la loi mais en changeant la constitution, en y inscrivant le principe qu'aucune zone à bâtir ne peut être créée si une surface équivalente n'est pas retournée à l'agriculture ou à la forêt. Ce qui aurait pour effet de geler toute évolution des zones à bâtir en créant une contrainte excessive. Les besoins ne correspondraient plus à la demande, les prix des loyers augmenteraient dans les zones tendues, bref les cantons et les communes perdraient toute flexibilité pour organiser et adapter leur développement.


Moralité : à vouloir trop bien faire, on arrive au résultat inverse ! Les besoins en infrastructure sont criants : maisons individuelles, écoles, installations sportives, routes et autoroutes, sans compter les cimetières ou les terrains de camping... sachant que la population suisse croît d'environ 1% par an. Quel élu local ne demande pas le raccordement de sa commune aux principaux axes routiers ? Combien de citadins souhaiteraient occuper un logement un peu plus grand ?


Comme par hasard, l'extension des surfaces artificielles est concentrée sur les principaux centres de population en Suisse : l'axe Genève - Lausanne, et l'espace entre Zürich et Olten. A 7.5% et avec une croissance inférieure à 1% par an, où est l'urgence ? Ne vaut-il pas mieux faire confiance à la loi et à la concertation ?


Mais les statistiques peuvent être présentées de manière frappante, et il n'est pas dit que les Suisses ne se laissent pas emporter par cet argument : chaque seconde, un mètre carré est bétonné en Suisse. Ce qui n'est pas tout à fait vrai, le chiffre étant plutôt de 0,4 mètre carré par seconde. Mais finalement peu importe. Interdisons les villas individuelles, comme le suggérait récemment le co-président des Jeunes Verts de Suisse...













18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Suisse et climat, une première mondiale

Remercions le système suisse de démocratie directe : c'est peut-être une première mondiale, les citoyens d'un pays libre vont se prononcer sur le changement climatique ! EN SUISSE, LE PEUPLE TOUT ENTI

Les armes ou la vie

Le 29 novembre, les Suisses votent sur l'interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre. Sujet grave et sérieux s'il en est. Dans n'importe quel autre pays, une telle décision serai

kangouroux-vigouroux

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now